Pages

11 November 2013

Le Bourgeois Gentilhomme (1)

Again, I'm reading this online, here.

And already I've got something to go on. The first scene is peculiar. The Music Master and the Dancing Master have an unnecessarily long discussion about their patron. Partly it's exposition: we're told that Jourdain
 ...est un homme à la vérité dont les lumières sont petites, qui parle à tort et à travers de toutes choses, et n’applaudit qu’à contre-sens

and that he is driven by his pretention to be quasi-noble.

But the two Masters also have a brief debate on where the real reward for their work is to be found. Both recognise that Jourdain pays them well, which is important, but they agree that informed, educated appreciation of their work is the highest reward. The Dancing Master puts it most clearly:
Pour moi, je vous l’avoue, je me repais un peu de gloire. Les applaudissements me touchent ; et je tiens que dans tous les beaux arts, c’est un supplice assez fâcheux, que de se produire à des sots ; que d’essuyer sur des compositions, la barbarie d’un stupide. Il y a plaisir, ne m’en parlez point, à travailler pour des personnes qui soient capables de sentir les délicatesses d’un art ; qui sachent faire un doux accueil aux beautés d’un ouvrage ; et par de chatouillantes approbations, vous régaler de votre travail. Oui, la récompense la plus agréable qu’on puisse recevoir des choses que l’on fait, c’est de les voir connues ; de les voir caressées d’un applaudissement qui vous honore. Il n’y a rien, à mon avis, qui nous paye mieux que cela de toutes nos fatigues ; et ce sont des douceurs exquises, que des louanges éclairées.

It doesn't take up long, this discussion, but I'd bet it gets cut out of a lot of productions. The question is, why is it there in the first place?

No comments: